Respectez la nature grâce à l’assainissement naturel et écologique

Parce que vous aimez la nature, vous avez choisi de vivre à la campagne. Votre maison n’étant pas raccordée au tout à l’égout, il est obligatoire d’avoir recours à un assainissement non-collectif (ANC) afin de traiter les eaux usées de votre logement. Les solutions conventionnelles ne correspondant guère à vos valeurs, vous souhaiteriez adopter une alternative plus respectueuse de l’environnement. La phytoépuration s’avère aujourd’hui la solution d’assainissement individuel écologique la plus efficace. Nous vous expliquons pourquoi et comment ce système d’assainissement naturel gère, épure et valorise les eaux usées.

La phytoépuration, ça fonctionne comment ?

Chaque logement produit des eaux usées, celles issues des salles de bains et des appareils de lavage dites grises, mais également les eaux vannes, venues des toilettes, ou les eaux plus grasses de la cuisine. Pour traiter toutes ces eaux, la phytoépuration nouvelle génération s’avère être le système d’assainissement le plus naturel qui soit. Pourquoi ?

Un écosystème d’épuration naturelle (EEN®) des eaux domestiques

Naturel car, au final, la phytoépuration nouvelle génération reprend ce qui se passe dans la nature où certaines plantes se chargent de ce travail, par exemple dans les zones humides. Ce système de traitement des eaux usées s’appuie en effet sur une interaction entre des plantes, les micro-organismes tels que les bactéries qui s’y développent et le substrat où elles poussent. Tout est question d’échange de bons procédés.

Les eaux domestiques circulent dans des filtres plantés (le plus souvent deux, le premier à écoulement vertical, le deuxième à écoulement horizontal) où des espèces végétales sélectionnées font leur travail d’épuration. Ce dispositif d’assainissement non collectif (ANC) se veut donc parfaitement autonome, et totalement respectueux de l’environnement, puisque les eaux assainies, à la sortie de la station de phytoépuration, peuvent être réutilisées en irrigation souterraine.

Comment ça marche exactement ?

Les eaux brutes s’écoulent dans les bassins filtrants plantés de végétaux choisis pour leurs propriétés épuratrices respectives. Là, les bactéries aérobies présentes sur le système racinaire de ces plantes transforment les matières organiques en matières minérales, assimilables par les plantes. Ces bactéries ont également la capacité de traiter les phosphates, les nitrates et d’autres polluants. Et en échange, les plantes fournissent l’oxygène nécessaire à la survie de ces bactéries. C’est un cycle naturel vertueux.

Plus concrètement, le premier filtre à écoulement vertical est constitué le plus souvent de massettes ou de cypérus gros producteurs d’oxygène, plantés dans un substrat de différents graviers spécifiques et poreux. Les eaux domestiques s’y écoulent à la verticale. Ensuite, elles s’écoulent dans le deuxième filtre où poussent d’autres espèces végétales, choisies pour leurs performances épuratoires mais aussi par rapport au contexte bio-climatique du territoire.

Pourquoi la phytoépuration nouvelle génération est un assainissement naturel écologique ?

La phytoépuration nouvelle génération se définit donc comme un système d’épuration aquatique naturel. Et par là même totalement écologique.

Un traitement naturel des eaux usées

D’abord, ce système d’assainissement des eaux domestiques se veut calqué sur la nature. On n’a finalement rien inventé puisque, naturellement, les eaux sont purifiées. Ensuite, la phytoépuration nouvelle génération, à la différence des autres systèmes d’assainissement non-collectif comme les fosses toutes eaux, réduit la pollution des sols et des nappes phréatiques. Les eaux traitées sont en effet valorisables et réutilisables. Il n’y a donc aucun effet secondaire sur l’environnement.

Un plus pour la biodiversité

Au-delà de cet aspect purement technique, la phytoépuration nouvelle génération selon BlueSET s’appuie sur des filtres plantés de différentes espèces végétales, telles que les baldingères, les massettes, ou encore les scirpes, les laiches,  menthes aquatiques ou joncs. Toutes ces plantes présentent un caractère esthétique indéniable, s’intégrant parfaitement dans un jardin. De même, elles sont un véritable écrin pour la biodiversité. En tant que concepteur de phytostation, nous mettons un point d’honneur à sélectionner des essences végétales adaptées aux conditions climatiques de chaque région.

Un système durable et autonome

Parce que la phytoépuration nouvelle génération est un système d’assainissement écologique et naturel, il est parfaitement autonome. Il ne demande ni énergie ni produit chimique pour fonctionner. De même, il ne génère ni mauvaises odeurs ni apparition d’insectes indésirables puisque l’air circule et l’eau ne stagne jamais. Quant à l’entretien, il se réduit à une taille annuelle des plantes. Ces dernières vont évoluer au fil des saisons, durablement et quelles que soient les conditions climatiques. Un système de phytoépuration nouvelle génération sera en outre performant pendant plus de 20 ans s’il est entretenu correctement.

Une station de traitement naturel des eaux usées s’intègre parfaitement dans tous les types de paysages et d’écosystème. C’est toutefois un système d’assainissement naturel non collectif, reconnu par la Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, qui demande une certaine technicité dans la mise en œuvre. Par notre connaissance de l’environnement, nous saurons vous proposer la solution d’assainissement écologique et naturel la plus adaptée aux besoins de votre logement et intégrée dans votre environnement.

Laisser un commentaire